J’ai lu vos réactions suite à mon choix de voter JL Mélenchon aux élections présidentielles de notre pays.
Les propos excessifs et agressifs ne méritent pas de reponse à ce stade. Pour les autres, je précise que mon choix pour cette élection présidentielle est dans la continuité de mon départ du PS en 2013, apres 17 années de fidélité à un parti que j’ai considéré comme ma famille politique.
Depuis, et tirant les leçons de cet engagement, je n’ai rejoint aucun autre parti. En revanche je suis au service de l’organisation collective et citoyenne.
En 2014 nous avons gagné la mairie du 1er en nous réunissant : citoyens, citoyennes, Gram et Front de Gauche. Et nous avons gagné ainsi. C’est ainsi qu’en mairie du 1er, sur 10 elu.e.s de ma majorité, 8 sont des habitantes et habitants qui n’avaient jamais été élus auparavant et dont c’est le 1er mandat. Adjoint.e.s ou pas, ils ont tous des délégations et responsabilités. Il est là le renouveau politique.
En 2017, je n’ai pas participé au 1er tour des primaires socialistes et je l’ai dit. Car je considérais que ce n’était plus mon histoire politique. J’ai participé en revanche au second tour et je l’ai dit aussi. Parce que j’ai aimé les propositions et le positionnement de Benoit Hamon. J’y ai vu une chance pour le PS de renouer avec son histoire socialiste. J’y ai vu une chance pour la gauche de renouer avec un destin commun.
Qu’a t on vu ensuite ? Un parti qui ne respectait pas ses propres règles (comme en 2012), des logiques infernales d’appareil qui ont nui au candidat socialiste.
De cela je ne suis pas responsable. Je ne peux être que spectatrice triste et une nouvelle fois déçue.
En revanche, je peux être responsable de faire semblant. Faire semblant de ne pas voir qu’il y a un réel danger pour notre démocratie, représenté par M. Le Pen comme F. Fillon. Faire semblant de ne pas voir que Benoit Hamon, envers qui j’ai pourtant une dette d’amitié, est plombé et trahi par son propre parti. Responsable d’oublier le travail mené depuis des années par des hommes et des femmes de gauche qui se retrouvent aujourd’hui dans les propositions et engagements de la France Insoumise et de son candidat.
Je veux donner les chances à la gauche d’être au second tour. Je veux donner la possibilité aux Francaises et Français d’être représentés. Et les législatives seront là y compris pour les représenter dans leur diversité.
Voilà ma responsabilité. Et je la prends.
Sans jouer je ne sais quel coup d’après. Car après, il sera peut-être bien tard.