[ Les raisons de mon vote pour le candidat Jean-Luc Mélenchon, dimanche 23 avril prochain ]

Comme je l’écrivais hier, je suis quotidiennement interrogée sur ce que je vais voter au 1er tour des élections présidentielles. Je me suis attachée à dire à chacun ou chacune qu’il ou elle devait garder sa liberté de vote comme un pouvoir citoyen précieux. Je continue de le penser et de le dire car la démocratie est conditionnée par cette liberté-là. Citoyenne comme les autres, je mettrai un bulletin de vote dans une enveloppe dans le secret de l’isoloir.

Pour autant je suis une femme engagée en politique, et à ce titre mes actes sont publics. J’ai aussi le devoir de rendre compte. Je sens bien enfin que mon absence de réponse sur mon vote personnel peut être interprétée comme une indécision ou un manque de courage politique. Aussi je vais dire pour qui je voterai au 1er tour des Présidentielles.

Je voterai pour Jean-Luc Mélenchon. Non pas en fermant les yeux ni en lui délégant tous les pouvoirs, tous mes pouvoirs. Mais en conscience.

En conscience que l’heure est grave car notre démocratie représentative est en crise. En conscience que les fractures sociales et territoriales s’accentuent, en même temps que la colère et le sentiment d’injustice d’une partie toujours plus grande de nos concitoyens. Face à cette crise-là, cette colère et ce sentiment d’injustice, un courage et un volontarisme politiques sont nécessaires. Je pense que Jean-Luc Mélenchon est celui qui incarne le plus aujourd’hui ce courage et ce volontarisme-là.

Je suis européenne et je ne veux pas sortir de l’euro. J’aime le peuple syrien et je souhaite la condamnation et le départ de Bachar Al Assad. Elue lyonnaise aujourd’hui et peut-être députée demain, je continuerai à défendre et faire-valoir ces positions.

Hormis ces points -qui ne sont pas anodins- je partage le constat d’urgence démocratique décrit par JL Mélenchon et la nécessité de revoir en profondeur nos institutions. Je me reconnais aussi dans la nécessaire protection des biens communs que sont l’eau, la terre, l’air, protection que le candidat de France Insoumise propose. J’y ajoute pour ma part la culture. Je pense aussi que les services publics sont le meilleur moyen pour combattre les inégalités entre les territoires comme entre les citoyens.
Je retrouve aussi dans son programme des engagements qui me sont chers : je citerai pêle-mêle la lutte contre les discriminations, la protection du droit des femmes et l’égalité réelle entre femme et homme, la nécessité d’une indépendance économique de la presse et la protection des lanceurs d’alerte, la lutte contre les paradis fiscaux et la sortie du nucléaire.

Je ne sais pas si Jean-Luc Mélenchon sera ou non présent au 2nd tour des élections présidentielles. Ce que je constate en parcourant ma ville, en écoutant autour de moi, c’est qu’une dynamique à gauche se construit autour de sa candidature, aussi imparfaite soit-elle. Je ne veux pas avoir de regret le soir du dimanche 23 avril et me dire que j’ai contribué à l’échec de cette dynamique à gauche. Je ne me le permets pas.

Et je m’engage en tant que femme, engagée sur des valeurs plutôt que dans un parti, à faire valoir ces points de vue qui ont toujours été les miens dans une majorité de gauche qui pourra être, je l’espère demain, au gouvernement et au parlement.